C’était le mercredi 18 juillet qu’on s’est fait achevé en attendant le prochain mois d’octobre…

Marco Zappitelli le Détoiteur du Mistral nous a encore prouvé quelle était la « club party » la plus destructivement côtée à Aix-en-Provence, et on espère bien qu’elle saura faire imploser les boîtes hors province et à l’étranger d’ici peu.
Un son qui vous fait ramasser vos dents par terre et une ambiance qui fait saturer la jauge d’adrénaline, c’est pile ce qu’il faudra à quiconque en manque d’activité; ça fracasse, ça tremble, ça sue et ça électrise, la recette est unique et c’est précisémment ce qu’Ongoy (Marco Zappitelli) voulait en conceptualisant ses soirées Savage. On ne forme qu’un avec la modernité du son électronique français, ça bastonne via de l’electro-rock, des sons dubstep (seul grincement) mais pas trop, de la French Touch 2.0 (où on a eu le plaisir d’entendre un titre de John Lord Fonda de son album Supersonique), etc. Les photographes mitraillent, les lumières vous atomisent la face, les filles déguisées vous dévissent la tête et les fans hurlent le prénom d’Ongoy quand ce dernier passe derrière les platine, puis l’apparition de toute la line-up : SlutGarden, TrashingVaders & Guests. Seule interrogation, l’absence de l’icône des photographes de la région Sabrina Prohib’…?
Mais allez y, on vous le dit, ça vaut le détour, c’est une Savage Party qui sème la zizanie signée Zappitelli.

Et encore merci à Marco Zappitelli (via Weemove) pour les photos, pour son accueil, pour sa musique, pour ses soirées. Un artiste de plus sous l’aile du FTi :