Stéphane Jourdain

Jornaliste : Stéphane Jourdain
Nationalité : Français (Paris)
Style musical : Musique électronique, French Touch
Editeur : Castor Astral
Date : 30/12/2015
Intervieweur : DaftSide aka Ludovic Carminati

Biographie :

Stéphane Jourdain est journaliste à l’afp. Passionné de musique électro, il a longtemps animé les pages « Nuits » de l’hebdomadaire Zurban. Il est également l’auteur de Génération Chirac, génération volée (Denoël) mais aussi la bible musicale French Touch une épopée électro… en savoir plus

Interview French Touch :

french-touch-jourdain

DaftSide : Peux-tu te décrire à nos membres qui te connaissent peu ou pas encore ?

Stéphane Journdain : Je suis journaliste. Reporter à l’AFP depuis une dizaine d’années. J’ai couvert le sésime en Haïti, l’intervention française au Mali, les heurts en centrafrique, la guerre en Ukraine. J’ai écrit “French Touch” en 2005 après la fermeture de Zurban, city-guide parisien pour lequel je gérais la page nuit. Dix ans après le Castor Astral vient de me proposer de le réediter le livre avec une centaine de pages en plus. J’ai sauté sur l’occasion. Pour parler de la French Touch 2.0 et du succès mondial de Random Access Memories.

DS : Pourquoi avoir choisi ce thème autour de la musique électronique française ?

SJ : J’ai découvert les musiques électroniques avec Homework de Daft Punk et les soirées Respect du Queen, deux claques qui ont clairement changé pas mal de choses dans ma jeunesse. Je suis donc clairement un bébé French Touch. J’avais envie de raconter cet espèce de torpeur qui a saisi Paris en 1997, quand tout le monde s’est mis à sortir des supers sons, quand les Anglais déboulaient en eurostar pour venir danser chez nous…

DS : Combien de temps as-tu mis pour écrire ce livre documentaire et pourquoi avoir fait une deuxième version ?

SJ : J’ai mis six mois à écrire la première édition et à nouveau 6 mois pour la réedition. J’ai interviewé une trentaine de personnes de Bob Sinclar à David Guetta en passant par DJ Gregory, Etienne de Crécy ou Philippe Zdar. Tout ça prend du temps mais ça permet d’avoir accès aux coulisses, aux anecdotes marrantes. Et de bien valider les infos.

DS : Parmi le nombre d’artistes du milieu que tu as rencontré pour l’élaboration de ce livre, y en a t’il un ou deux qui t’ont particulièrement marqué ?

laurent-garnier-french-touchSJ : J’ai été touché par la sincérité d’un Guetta. On le caricature beaucoup mais le type est adorable et il ne joue pas un personnage. J’ai vu Garnier plusieurs fois et c’est un type assez passionnant. Par contre Benjamin Diamond ne m’a jamais répondu. Il ne voulait pas que son nom apparaisse dans le livre et a même menacé de me poursuivre. Les gens sont bizarres parfois…

DS : Peux-tu nous raconter quelques anecdotes que tu n’as pas écrit dans ton livre ?

SJ : Ah mais j’ai tout mis dedans ! Je peux juste vous dire qu’il y a des histoires de gros sous que personne n’aiment trop raconter. Il y a aussi des samples dont personne ne veut parler. Les Daft et d’autres s’en sont donné à coeur joie.

daftpunk

DS : En voyant le cover du livre et un nombre assez impressionnant de révélations sur le groupe Daft Punk que personne ne savait, as-tu déjà pensé d’écrire un livre uniquement sur eux ?

SJ : Oui j’y songe régulièrement. Je trouve qu’il n’y a pas encore de document (livre, documentaire, émission) vraiment satisfaisant sur eux. Mais ça implique de faire un livre sur eux sans eux et c’est beaucoup de travail. Mais je le ferai peut-être un jour. Après ils n’ont pas eu la vie des Stones ou des Sex Pistols donc y a peut-être pas nécessairement la place pour…

DS : Quel est ton album « French Touch » favoris ? Qu’as-tu pensé de « Random Access Memories » ?

SJ : Mes deux albums préférés de la French Touch sont sans aucun doute Homework et Pansoul de Motorbass que j’écoute encore sans me lasser. J’écoute beaucoup RAM aussi mais qui est beaucoup moins marquant pour moi que Homework. Da Funk, Around The World sont vraiment des morceaux marquant de l’histoire des musiques electroniques.

DS : Si tu devais choisir 5 titres incontournables du mouvement French Touch, du tout début avec « Pansoul » (Motorbass) à « Audio Video Disco » de Justice , ce serait quoi ?

SJ : J’écoute du Para One ou du Birdy nam nam mais c’est moins ma tasse de thé. J’ai pris le virage allemand à la fin de la French Touch 1.0 et je préfère de loin l’electro berlinoise à ce que font Gesaffelstein ou Justice.

DS : Quelques mots sur « Electrochoc », l’excellente auto-biographie de Laurent Garnier ?

SJ : C’est un super livre qui raconte très bien les coulisses de tout ce monde. Je le recommande vivement.

eden

DS : Qu’as-tu pensé du film EDEN, qui a bénéficié d’une grosse promotion autour du mouvement French Touch alors que le thème du film tournait autour de la House Garage ?

SJ : Je trouve que le film est raté. Ca ne décolle jamais. Les dialogues sont légers. Et il n’y a ni de Crécy ni Zdar ni Pedro Winter dedans donc ça perd un peu de son sel.

DS : Fais-tu de la musique ?

SJ : Non. J’ai beaucoup mixé sur vinyle et j’y ai pris un plaisir fou. Et maintenant je passe des sons à l’occasion au Pile ou Face à Paris avec un ordi et un controleur.

Un grand MERCI à Stéphane pour ses réponses sincères et à François de Castor Astral pour notre concours FRENCH TOUCH.

French Touch , une épopée électro
Génération Chirac, génération volée
http://www.castorastral.com